L’isolation du mur en pierre par l’extérieur

Inversement à l’isolation du mur en pierre par l’intérieure, l’isolation extérieure crée un manteau isolant entier autour de votre maison grâce à l’installation de cloisons de bardages ou tout simplement en appliquant un enduit isolant avant d’installer des panneaux de parement.

Continuer la lecture de L’isolation du mur en pierre par l’extérieur

L’isolation des murs en pierre par l’intérieur

L’isolation des murs en pierre par l’intérieur présente l’avantage d’être facilement mis en œuvre et de garder l’esthétique de la pierre qui confère un certain charme et un côté rustique à votre maison.

Continuer la lecture de L’isolation des murs en pierre par l’intérieur

Ossatures autoportantes

Les ossatures autoportantes comportent les rails horizontaux et des montants verticaux. La largeur possibles des ossatures est de 48, 62,70 ou 90 mm.

Les montants sont pourvus de percements permettant le passage des gains électriques.

Plusieurs combinaisons sont possibles pour intégrer l’isolant. L’isolation sera continue si vous placer l’isolant entre le mur et l’ossature.

L’autre possibilité – placer l‘ossature contre le mur, puis à installer les panneaux isolants entre les montants.

La troisième solution – placer l’isolant en deux couches. La première couche est située entre le mur et l’ossature et la seconde entre les montants de l’ossature. Ainsi, vous optimisez l’épaisseur des doublages en comblant d‘isolant tout l’espace disponible.

Verre cellulaire

Le verre cellulaire, isolant minéral, est composé de millions de cellules fermées remplies de gaz inerte. Le verre cellulaire est fabriqué à partir de sable ou de calcin.

Le verre cellulaire est un matériau inerte qui n’émet ni gaz, ni substances, ni fibres. Le verre cellulaire est totalement incombustible.

Le verre cellulaire est imputrescible et totalement étanche à l’eau et à la  vapeur.

Le verre cellulaire est un matériau d’isolation plutôt cher. Tout type d’isolation est possible: façade, par l’intérieur  ou  l’extérieur, toitures inclinées, sols, murs.

Qu’ est ce qu’ une maison Eco-performante ?

Voici un exemple de maison eco-performante économe de 100m² avec analyse de son coût de fonctionnement sur 20 ans .

Cette maison eco-performante est construite en double mur parpaing / brique creuse ( sauf le mur sud en ossature bois ), isolation des murs en fibre de bois , isolation de la toiture en ouate de cellulose , triple vitrage en façade est et ouest . Elle est équipée d’un poêle à granulés de bois , d’un chauffe-eau solaire couplé à une pompe à chaleur pour l’eau chaude et d’une ventilation double fux .

Les besoins en chauffage , eau chaude sanitaire ( ECS ), ventilation éclairage et auxiliaires sont estimés à 31 kWhep/m² .an .  Les 37,8m² de capteurs photovoltaïques produisent quant à eux 82 kWhep/m².an

Bilan :

Coût de la construction de cette maison eco-performante : 204 597 euros HT ( soit 1 316 euros HT/m² SHON) hors honoraires de la maîtrise d’ oeuvre , coûts des études thermiques et tests de perméabilité à l’air . Le mode constructif , avec notamment le double mur , entraîne un surcoût estimé à  18 euros HT/m² par rapport à un mur traditionnel . L’ installation photovoltaïque a coûté environ 30 000 euros HT .

En partant d’une hypothèse d’ augmentation du coût de l’ énergie de 7% par an , on estime que cette maison eco-performante permet une économie de 51 000 euros sur 20 ans .

Conductivité thermique

Chaque matériau possède une conductivité thermique propre.Pour classer les matériaux selon ce critère, on utilise le coefficient lambda. Le coefficient lambda s’exprime en watts par mètre kelvin et représente la quantité de chaleur traversant un mètre carré de matériau d’une épaisseur d’un mètre, soit un mètre cube, avec une différence de température d’un degré entre les deux faces, dans un temps donné.

La conductivité thermique est une caractéristique constante et propre à chaque matériau.

Plus la valeur du coefficient lambda est faible, plus le matériau est isolant. Un matériau est considéré comme isolant si son coefficient lambda est inférieur à O.06 W/m.K.

Un même matériau présente des valeurs différentes selon qu’il est sec ou humide. C’est pourquoi, avant d’isoler un mur humide, il convient de l’assécher ou de stopper la source d’humidité.

Annulation, réduction des ponts thermiques

3  règles principales pour annulation ou réduction des ponts thermiques:

1. Créer une barrière en plaçant un élément de rupture isolant au niveau du passage du flux de chaleur

2. Réduire la section du passage de la chaleur. Par exemple, en réalisant un plancher sur entrevous isolants, on limite le passage de la chaleur à la dalle de compression et non plus sur toute l’épaisseur du plancher

3. Chercher à rallonger le parcours  du flux thermique quand on ne peux pas l’arrêter. Placer des planelles isolantes en about de dalle. Si le mur est épais, il est possible de placer un élément isolant supplémentaire derrière la planelle ( système de double planelle )

Ossatures métalliques

Les ossatures métalliques sont indispensables pour mettre en œuvre une finition en plaques de platre ou en lambris.

Le système d’ossature le plus courant est similaire au système des plafonds rapportés. Ce système se compose de suspentes métalliques et de fourrures. Il faut fixer les suspentes mécaniquement sur les éléments de charpente.

On peut créer aussi une ossature autoportante entre pannes. On fixe les rails sur les faces des pannes pour accueillir  les montants simples ou doublés. Le système d’ossature autoportante convient uniquement pour l’isolation en deux couche, mais pas pour les charpentes industrialisées.

La dernière solution – une structure en portique, indépendante de la charpente. Les pieds droits, les rampants et les plafonds sont réalisés simultanément.

Combles perdus: isolation

Isolation des combles perdus.

Sur un plancher béton ou maçonné, on considère que le parement situé sous le plancher (enduit ou plaques de plâtre) assure l’étanchéité à l’air. Néanmoins, tout percement doit être obturé avec un mastic. La pose d’un pare-vapeur sur le plancher avant la mise en place de l’isolation n’est pas nécessaire, sauf dans 3 cas:

– habitation en zone très froide (température de base inférieure à 15°C)

– plancher bois posé sur l’isolation

– présence d’un écran sous-toiture non ventilé en sous face

En ce qui concerne les planchers en bois, il est recommandé de poser systématiquement un pare-vapeur indépendant avant la pose de l’isolant, notamment en rénovation, afin d’améliorer l’étanchéité à l’air et à la vapeur d’eau.

Il en est de même pour l’isolation au-dessus les  solives ou entre fermettes s’il n’y a pas de plancher.

Isolation thermique extérieure avec support d’ enduit épais

L ‘isolation thermique extérieure  (ITE) avec support d’enduit épais nécessite des panneaux isolants spécifiques rainurés en queue d’aronde en face avant.

Il faut aussi installer des profilés de départ par fixation mécanique, en partie basse de la construction. Selon le type de support et sa planéité, vous pouvez réaliser la pose des panneaux par collage, par fixation mécanique ou en calé/ chevillé. Dans  ce cas, la pose sur profilés n’est pas autorisé.

Lorsque les panneaux isolants sont posés, fixez un treillis métallique maintenu  dans leur partie supérieure au moyen de chevilles et d’agrafes ou de cavaliers. Les lés de treillis doivent se chevaucher sur une largeur d’au moins six mailles. Fixez des renforts de 50×30 cm au niveau des angles des baies. C’est également à cette étape qu’il faut fixer les renforts d’angle. Au niveau des tableaux d’ouvertures, découpez le treillis selon deux diagonales, passant par le centre de la fenêtre.

Découpez à la mesure, rabattez sur les tableaux et fixer.Appliquez l’enduit au moyen d’une machine à projeter avec une passe de 9 mm environ. Après 24 heures, vous pouvez appliquer la finition, par projection pneumatique et selon la finition choisie.

Matériaux d’isolation

Les matériaux d’isolation se présentent généralement sous forme:

* de rouleaux ou de panneaux pour les isolants fibreux;

* de plaques pour le polystyrène et le polyuréthane;

* de flocons ou granulats ( laine de roche, vermiculite, verre);

* de matériaux de construction ( béton cellulaire, briques à alvéoles multiples);

* de panneaux de doublage constitués d’une plaque de plâtre cartonnée sur laquelle est collé un isolant ( laine minérale, polystyrène ou autre). Ce type d’isolant est désigné sous l’appellation 10 + épaisseur de l’isolant.

Remplissage des ossatures en bois

Lorsque l’ossature bois assure le rôle porteur de l’habitation, on peut utiliser des matériaux de remplissage isolants non porteurs comme les bétons allégés isolants, le chanvre, les fibres de bois etc. Il existe aussi des solutions traditionnelles et écologiques comme le pisé ou la paille qui suscitent un intérêt croissant.

On peut également utiliser les blocs confectionnés avec divers matières comme  les mortiers allégés ou la terre crue. Le respect de l’environnement est assuré pendant la phase de construction, cependant les performances thermiques sont généralement moyennes, voire insuffisantes dans certains cas, ce qui implique alors le recours à une isolation rapportée, mais qui peut être elle-même écologique et naturelle.

Structures légères isolées de séparation des locaux non chauffés

Il existe des parois verticales non porteuses qui doivent être isolantes. C’est le cas des structures légères ou cloisons de séparation avec des locaux no chauffés comme un garage. La solution correspondante est fondée sur l’utilisation de matériaux légers et sur une mise en œuvre sèche rapide.  Il s’agit de réaliser une cloison à double ossature métallique et plaques de plâtre. Les deux ossatures métalliques verticales, espacées de 10mm, comprendront des lisses basses et des montants métalliques. L’espace entre les ossatures servira à accueillir les panneaux d’isolant. Chaque face externe sera recouverte de plaques de plâtre fixées mécaniquement sur les ossatures. Avec cette solution, l’épaisseur totale de la paroi est de 115mm.

Choix des isolants

Les matériaux  de structure courants présentant des performances médiocres, largement insuffisantes pour respecter la réglementation thermique, le recours à des matériaux isolants  s’impose dans  la construction.

Pour réaliser une isolation thermique ou acoustique, différentes solutions et matériaux  sont disponibles, selon les cas, construction ou rénovation.

Lorsque les éléments constructifs porteurs sont également isolants, l’isolation est dite répartie, ce qui implique des matériaux et des mises en œuvre différents de l’isolation rapportée. Ces deux modes d’isolation peuvent se combiner afin d’atteindre des performances élevées.

Les critères de choix d’un produit d’isolation dépendent de ses performances, de son épaisseur, de son domaine d’emploi, de son emplacement  dans la construction, de son prix, de ses caractéristiques environnementales et de sa disponibilité.

Isolation avec contre-cloison

Le principe de l’isolation avec contre-cloison est simple. Il s’agit d’un isolant plaqué contre le mur et masqué par une contre-cloison. L’isolant, semi-rigide ou en panneaux, est fixé mécaniquement ou collé, comme dans le cas des isolants alvéolaires.

Le contre-cloison, dont l’épaisseur est  généralement de 5cm, peut être  réalisée en divers matériaux comme des briques plâtrières, des carreaux de plâtre ou des carreaux de béton cellulaire. Pour la finition de la contre -cloison vous pouvez envisager un enduit au plâtre dans le cas de briques plâtrières, cependant la mise en œuvre nécessite une certaine dextérité. Vous pouvez aussi opter pour des plaques de plâtre  collés, plus faciles à mettre œuvre.

Le choix du type d’isolant et son épaisseur sont libres. L’isolant est protégé par la contre-cloison.

Isolation des parois verticales

L’isolation des parois verticales peut s’effectuer de différentes manières. L’ Isolation la plus répandue en France, à tort, est l’isolation par l’intérieur, malgré les inconvénients que cette isolation comporte, notamment en ce qui concerne les ponts thermiques et les risques de condensation interne. Ce procédé offre l’avantage d’être rapide et peu onéreux.

L’isolation par extérieur ou ITE (isolation thermique extérieure) constitue la solution la plus efficace, mais sa mise en œuvre exige une maitrise technique plus avancée.

L’isolation répartie ayant recours à des éléments constructifs isolants, concerne uniquement les projets neufs. Cette isolation fait appel à la maçonnerie roulée qui n’est pas difficile à apprendre, mais qui diffère radicalement de la maçonnerie traditionnelle.

Enfin, la technique du double mur, répandue dans le nord de la France et en Belgique, est très intéressante si l’on considère ses performances thermiques. Cependant le coup du procédé reste élevé.

Eco prêt à taux zero

Elaboré à la suite du Grenelle Environnement, l’ éco-PTZ a été lancé pour financer des gros travaux de rénovation thermique et contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre .

L’ éco prêt à taux zero est un prêt accordé aux propriétaires sans condition de ressources pour un montant maximal de 30 000 euros remboursables sur 10 ans ( maximum 300 euros/m²) ou 15 ans exceptionnellement avec l’ accord de la banque . L’ une de ces conditions doit être remplie .

Réalisation simultanée d’un bouquet de travaux, suivant une combinaison Continuer la lecture de Eco prêt à taux zero

Isolation thermique des combles

Pour réduire vos consommations d’ énergie et accroître votre confort,  il est fortement conseillé d’ optimiser l’ isolation de la maison .

isolation thermique comblesCaractéristiques des isolants : conductivité thermique, densité, perméabilité à la vapeur d’eau.
Liste des isolants : laine de bois, polystyrène expansé, extrudé, polyuréthane, laines de verre ou de roche, chanvre, cellulose, perlite.

On peut classer les matériaux isolants en grands groupes :

Les matériaux synthétiques (polystyrènes expansé et extrudé, polyuréthane, polyester) qui sont généralement efficaces en terme d’ isolation mais non Continuer la lecture de Isolation thermique des combles