Poêles et inserts de cheminée à bûches

Poeles inserts de cheminee a buchesPoêles et les inserts de cheminées « à bûches »

Si l’approvisionnement de bois et le chargement du poêle ou de l’insert ne vous pose pas de problème, c’est le meilleur choix en terme d’investissement.

Certains poêles sont équipés d’un bouilleur pouvant alimenter un ballon d’eau chaude et plusieurs radiateurs.

Appareil Description Rendement Autonomie Gamme de prix Gamme de puissance
Poêles en acier ou fonte Si certains poêles sont très esthétiques, le chargement de bois doit être effectué deux à trois fois par jour. 60 à 70% 5 à 10h 600 à 1200 € 5 à 20 kW
Poêle en
fonte et brique réfractaire
Le matériau réfractaire leur confère une inertie thermique plus grande et par conséquent de meilleurs rendements et autonomie. 60 à 80% 6 à 12h 1200 à 2300 € 5 à 20 kW
Insert de cheminée Les inserts se logent dans une cheminée décorative, ce qui leur confère une dimension plus importante et une installation moins aisée. L’air ambiant se réchauffe au contact de l’appareil grâce à un système d’ouvertures en bas et en haut de l’habillage. 60 à 85% 6 à 12h 750 à 2300 € 10 à 20 kW

Attention:

N’oubliez pas qu’ils doivent être rechargés à plusieurs reprises dans la journée, ce qui en fait un mode de chauffage contraignant s’il doit être le chauffage principal.
Ne vous trompez pas de chauffage principal ! Beaucoup de personnes ayant au départ opté pour un chauffage électrique en pensant utiliser une cheminée en chauffage d’appoint ont très vite inversé l’appoint et le principal … et redécouvert les contraintes du bois bûche.

Le seul contexte où le bois bûche n’est pas une grosse contrainte est celui d’une maison bioclimatique à forte inertie. Dans ce cas, la consommation de bois peut-être limitée à quelques stères par an (de 3 à 6).

Poêles de masse

Par rapport aux poêles-buches et inserts précédent, les poêles de masse présentent une très forte inertie grâce aux briques réfractaires, carreaux de faïence ou roche volcanique. Cette inertie leur permet de stocker la chaleur du foyer et de la restituer lentement.

De ce fait, l’autonomie de ces poêles est de 10 à 20 heures en chauffant seulement 2 ou 3 heures à plein régime. Il n’y a plus l’effet étouffant dû à un feu qui brûle trop fort ou le coup de froid une fois les cendres consumées. De ce fait, le foyer n’est plus une horloge qui réclame sa flambée 3 à 4 fois par jour et ce type de poêle peut devenir le chauffage principal sans être une contrainte.

Par contre, leur inertie se traduit inévitablement par une apparence massive qui pourra ne pas plaire. L’ivestissement dans un tel poêle démarre aux alentours de 5000 €, mais certains modèles coûtent jusqu’à 15000 € !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *