Energie finale

L’ Energie finale est exprimée en kWh . Cette notion correspond à l’ énergie utilisée par le consommateur . Elle a donc subi transformations , transports et donc déperditions depuis le stade primaire . Ces déperditions varient en fonction des énergies .

Par exemple, on considère qu’ 1kWh d’ énergie finale électrique ( disponible au compteur ) nécessite 2,58 kWh d’ énergie primaire ; en comparaison , le bois , pour produire ce même kWh exigera 1kWh d’ énergie primaire . Mais au delà de l’ énergie finale ( consommation au Continuer la lecture de Energie finale

Pieds-droits: traitement

Pieds-droits: dans le cas d’un plancher bois, installer un pare-vapeur indépendant au niveau des rampants en le prolongeant au niveau des pieds-droits et de la partie horizontale, jusqu’à la panne sablière.

Sur un plancher en béton, le pare-vapeur est arrêté au niveau du plancher et étanché avec un mastic sur le sol.

Si le rampant descend jusqu’au sol, il est alors nécessaire d’isoler la poutre sablière avec un isolant de caractéristiques thermiques au moins équivalentes à la caractéristique de l’isolant posé dans le rampant.

Combles perdus: isolation

Isolation des combles perdus.

Sur un plancher béton ou maçonné, on considère que le parement situé sous le plancher (enduit ou plaques de plâtre) assure l’étanchéité à l’air. Néanmoins, tout percement doit être obturé avec un mastic. La pose d’un pare-vapeur sur le plancher avant la mise en place de l’isolation n’est pas nécessaire, sauf dans 3 cas:

– habitation en zone très froide (température de base inférieure à 15°C)

– plancher bois posé sur l’isolation

– présence d’un écran sous-toiture non ventilé en sous face

En ce qui concerne les planchers en bois, il est recommandé de poser systématiquement un pare-vapeur indépendant avant la pose de l’isolant, notamment en rénovation, afin d’améliorer l’étanchéité à l’air et à la vapeur d’eau.

Il en est de même pour l’isolation au-dessus les  solives ou entre fermettes s’il n’y a pas de plancher.

Charpente traditionnelle

Une charpente traditionnelle se compose de diverses pièces de bois. Les longues pièces porteuses principales sont appelées les pannes. Les pannes sont dites sablières lorsque les pannes reposent au-dessus des murs porteurs. La dernière panne située au sommet de la toiture est appelée faitière. Sur chaque versant du toit et selon sa surface, sont disposées une ou plusieurs  pannes intermédiaires. Les pannes reposent sur les murs de pignon, de chaque coté de la maison. Si l’écart entre les deux pignons engendre une portée trop importante pour les pannes, on a recours à des supports intermédiaires triangulaires, appelés fermes. Les   fermes sont composées de différentes pièces de bois (entrait, arbalétriers, poinçon…), destinées à reprendre les charges.

Isolation toitures inclinées

L’isolation toitures inclinées.La structure porteuse des toitures inclinées est assurée par la charpente, généralement en bois. On peut en distinguer deux grandes familles: les charpentes traditionnelles et les charpentes industrialisées. La  forme des charpentes dépend de différents paramètres comme l’esthétique générale du bâtiment, les spécificités régionales, les conditions climatiques et le type de couverture choisi. Ces paramètres permettent de déterminer la pente des versants et le dimensionnement des éléments devant assurer une résistance mécanique suffisante. La charpente est ancrée dans la maçonnerie pour éviter tout risque de soulèvement en cas de fort vent.

Remplissage des ossatures en bois

Lorsque l’ossature bois assure le rôle porteur de l’habitation, on peut utiliser des matériaux de remplissage isolants non porteurs comme les bétons allégés isolants, le chanvre, les fibres de bois etc. Il existe aussi des solutions traditionnelles et écologiques comme le pisé ou la paille qui suscitent un intérêt croissant.

On peut également utiliser les blocs confectionnés avec divers matières comme  les mortiers allégés ou la terre crue. Le respect de l’environnement est assuré pendant la phase de construction, cependant les performances thermiques sont généralement moyennes, voire insuffisantes dans certains cas, ce qui implique alors le recours à une isolation rapportée, mais qui peut être elle-même écologique et naturelle.

Labels qualitatitifs des menuiseries en aluminium

Le label Quanalod concerne les produits en aluminium anodisé. Le chiffre correspond à l’épaisseur de la couche d’anodisation en micromètres. 5 pour l’intérieur, 15 pour l’extérieur et 20 en climat marin.

Le label Qualicoat concerne les produits en aluminium laqués en discontinu après formage. Il certifie les bonnes caractéristiques de la laque, sa tenue dans le temps et une épaisseur minimale de 60 micromètres.

Le label Qualidéco concerne les produits en aluminium décorés de thermolaques à effet (imitation bois, marbre). Il atteste notamment une bonne tenue aux UV.

Le label Qualimarine concerne la préparation de surface des profilés en aluminium avant laquage pour les applications en bord de mer.

Certification des menuiseries extérieures

Les certifications NF, NF CSTBat, CSTBat ou « Certififié CSTB Certified » concernent les fenêtres et le portes – fenêtres en  PVC, bois, aluminium et les fenêtres de toit.

Ces certifications déterminent un classification AEV (air, eau, vent). A caractérise la perméabilité à l’air (classe A1 à A4), E l’étanchéité à la pluie battante ( classes de E1 à E9) et V la résistance au vent des menuiseries (classes de V1 à V5). Plus les indices sont élevés, plus la menuiserie est performante.

Néanmoins, ces valeurs sont fonction  de la zone géographique, du type d’environnement et de la hauteur d’installation.

Pour les blocs-baies  une simplification existe sous forme d’étoiles (d’une à quatre étoiles pour les modèles les plus performants).

Les fermetures sont également certifiées par les lettres V (vent), E (endurance), M (manœuvre), C (comportement au choc), R (comportement à l’ensoleillement),  O (occultation), S (corrosion).

La certification Acotherm atteste les performances d’affaiblissement acoustique et d’isolation thermique des menuiseries certifiées NF ou CST Bat.

Construction en matériaux naturels – les parpaings en bois

Les parpaings en bois sont des blocs usinés pourvus de plusieurs rainures et languettes destinées à faciliter et renforcer l’assemblage des éléments entre eux, qui s’effectue par vissage ou clouage.

Les parpaings en bois sont généralement fabriqués en douglas purgé de son aubier.

Le matériau est léger, environ 100kg/ m2, et ne nécessite pas de fondations importantes.

C’est un système qui ne présente pas de difficultés particulières et ne nécessite pas de main-d’œuvre qualifiée.

Les performances thermiques sont trop faibles pour une isolation satisfaisante ce qui implique obligatoirement le recours à un isolant rapporté.

Construction en matériaux naturels – rondins de bois empilés

Le mode de construction en rondins de bois empilés consiste  à superposer des rondins usinés ou des billes de bois brut. On utilise des isolants comme le chanvre ou le lin. Ce type de construction utilise des billes de bois brut de 25 à 35 cm de diamètre écorcées et entaillées pour permettre leur emboitement avec un isolant entre chaque bille.Les essences utilisées sont l’épicéa, le sapin, le mélèze, le pin.

Le bois est un isolant plutôt moyen. On doit associer le bois à d’autres isolants thermiques qui peuvent eux-mêmes être  issus du bois, pour obtenir des performances suffisantes.

Le bois est un bon isolant phonique. Le bois atténue les bruits aériens, cependant des dispositions techniques particulières doivent être mises en œuvre pour réaliser une isolation contre les bruits d’impact ( pas, chute d’objets, etc.).

Chaudières : prix et aides

Quels sont les prix des chaudières et quelles sont les aides possibles ?

Hors travaux d’ installation , il faut compter environ 1 500 euros pour un foyer fermé , de 1 000 à 2 000 euros pour un poêle à bûches acier-fonte , de 2 500 à 4 500 euros pour un poêle équipé de matériaux réfractaires , de  2 000 à 6 000 euros pour une chaudière à bûches et de 8 000 à 20 000 euros pour une chaudière automatique à granulés ou plaquettes .

Ces systèmes de chauffage et leur installation bénéficient d’ un taux de TVA réduit ( 5,5% ). S’il s’agit de votre résidence principale , vous pourrez déduire de votre impôt 25% du montant des dépenses ( plafonnement à 8 000 euros pour une personne seule ou 16 000 euros pour un couple ). Ce taux est porté à Continuer la lecture de Chaudières : prix et aides

Chauffage et combustibles : les bûches

La bûche est le combustible le plus utilisé . Les bûches sont disponibles sur tout le territoire et peu coûteuses . Le prix du bois varie de 40 à 60 euros le stère ( 1 m cube ) , une maison normalement isolée consommant de 10 à 15 stères par an . Ce bois de chauffage doit répondre néanmoins à des critères de qualité .

buches chauffagePlus un bois est dur , plus il libère de l’ énergie, donc de la chaleur , et plus il met de temps à brûler . Les essences les plus adaptées sont le chêne , le frêne , le hêtre et le charme .

Même sec en apparence , le bois contient une certaine quantité d’ eau . Pour éliminer l’ humidité ( qui fait chuter le rendement et augmente les rejets polluants ), un bois fraichement coupé doit sécher environ 2 ans, à l’ air libre , mais protégé des intempéries , avant d’ être brûlé . Utiliser de Continuer la lecture de Chauffage et combustibles : les bûches

Chaudières à plaquettes et granulés en bois

Les chaudières à plaquettes et granulés en bois sont entièrement automatisées , elles sont les plus performantes .

Chaudieres plaquettes chauffageLa chambre de combustion est alimentée par une vis sans fin ou un système d’ aspiration depuis le réservoir de stockage ( cave , grange , silo enterrée ). La combustion est de très bonne qualité , car les alimentations en air et en combustible sont gérées avec finesse . Quant au rendement des chaudières à plaquettes et granulés en bois , il est toujours supérieur à 80% . L’ idéal pour remplacer une chaudière à fioul en fin de vie .

Attention, contrairement aux granulés de bois , les plaquettes occupent un Continuer la lecture de Chaudières à plaquettes et granulés en bois

Chaudières à bûches

chaudieres buches chauffageLes chaudières à bûches restent l’un des moyens les moins chers pour se chauffer au bois , mais elles présentent quelques handicaps , comme les manipulations ( il faut charger la chaudière au moins une fois par jour ) et la nécessité de disposer d’un espace de stockage .

Pour éviter un fonctionnement continu , il est préférable de les coupler à un ballon à hydroaccumulation , qui prolonge la diffusion de la chaleur dans les radiateurs ou les planchers chauffants et assure le meilleur rendement ( de 50 à 80% , selon les modèles ).

Chaudière écologiques

Les chaudières à bois ou solaires constituent de bonnes options . Les chaudières à bois font un retour en force depuis quelques années .

chaudiere ecologique boisElles nécessitent cependant de la place pour stocker le combustible ( bûches , granulés … ). Il en existe à chargement manuel , ce qui implique beaucoup de manutention , ou automatique , mais leur coût est plus élevé . Comptez de 3 000 à 10 000 euros , voire plus . Les pompes à chaleur sont également très en vogue .

Chaudières à condensation

Au gaz , au fioul , au bois … la chaudière à condensation permet d’ économiser de 20 à 30% de combustible par rapport à une chaudière classique .  Le jeu en vaut donc la chandelle .

chaudiere a condensationComment ça marche ? Dans une chaudière classique , les fumées partent dans le conduit et ne sont pas recyclées . Là , au contraire , les fumées passent par un condenseur ( situé entre le foyer et le conduit d’ évacuation ) , qui sert à les refroidir et à récupérer les calories qui, à défaut , seraient perdues . Ces calories sont ainsi réutilisées pour chauffer l’ eau et s’ ajoutent à celles qui sont produites parle foyer . Ce système ingénieux permet de faire d’une pierre deux coups : offrir une meilleure performance et préserver la planète  des rejets polluants .

Il n’ existe pas de contre-indication pour installer une chaudière à condensation à la place d’une vieille chaudière , mais il est préférable d’ être équipé de Continuer la lecture de Chaudières à condensation

Labels fenêtres et isolation

Une fenêtre est un objet complexe . Résultat , le consommateur se trouve confronté à un maquis de marques et labels, qui n’aide pas à un choix éclairé . Voici la liste des labels pour les fenêtres et l’ isolation .

Le label CSTBat

Il certifie une qualité de fabrication – mais pas de performance – et vous permet d’ avoir une garantie de 10 ans .

Le marquage Acotherm

Il certifie les performances d’ isolation acoustiques et thermiques des vitrages , Continuer la lecture de Labels fenêtres et isolation

Qualité de la fenêtre

En bois , en métal ou PVC , les fenêtres modernes sont toutes munies de garnitures d’ étanchéité qui leur confèrent d’ excellentes performances en termes de perméabilité à l’ air et d’ étanchéité à l’ eau .

Les menuiseries en aluminium sans rupture de pont thermique sont à proscrire en raison de la forte conductivité de ce matériau .

Isolation des fenêtres et baies vitrées

Même si ce n’est pas le chantier prioritaire en matière de rénovation thermique , l’ amélioration des surfaces vitrées permet de réduire les dépenses de chauffage et les émissions polluantes .

isolation fenetresSoumis à de nombreuses sollicitations commerciales , les consommateurs ont tendance à se lancer en priorité dans le changement de leurs fenêtres . Un rénovation facile , coûteuse , et souvent décevante si l’on n’ a pas pris soin au préalable d’ isoler parfaitement toit , murs et sols .

Différentes techniques d’ isolation des fenêtres

Survitrage

Lorsque vos menuiseries sont encore en bon état, vous pouvez rapporter sur l’ existant une vitre fixée à l’aide de profilés spécifiques . C’est une solution peu Continuer la lecture de Isolation des fenêtres et baies vitrées