Emetteurs électriques à effet Joule

Emetteurs électrique à effet Joule : ce type de chauffage onéreux à l’usage et peu écologique est déconseillé , hormis pour les chauffages d’appoint tels que les salles de bains, chambres d’amis.

Emetteurs electriques effet JouleBeaucoup de personnes optent pour le chauffage électrique pour des raisons de coût d’investissement et se font installer un insert de cheminée comme chauffage d’appoint … qui devient rapidement le chauffage principal (avec les contraintes bi-quotidiennes de chargement) une fois les premières factures d’électricité reçues.

Convecteurs à thermostat mécanique
Ce sont les appareils les plus simples et encore les plus répandus. L’air circule dans l’appareil du bas vers le haut.
Leur avantage principal réside dans leur faible coût d’investissement (de l’ordre de 95 à 120 € installation comprise).

La chaleur produite est désagréable car elle assèche l’air et est très inégalement répartie dans la pièce (air froid au niveau du sol, air surchauffé au niveau du plafond). Du fait du thermostat mécanique, la variation de température est importante entre le déclenchement et l’arrêt du convecteur.

Le coût d’utilisation est élevé, aucune régulation centralisée n’est possible. Du fait que la chaleur est mal répartie, l’utilisateur aura tendance à « forcer » le chauffage.

Convecteurs à régulation électronique

Leurs caractéristiques sont identiques aux convecteurs précédents (chaleur toujours désagréable), mais la température est mieux régulée dans le temps.

Leur coût d’installation fourniture et pose est de l’ordre 120 à 150 €.

Panneaux rayonnants

Ces panneaux ne sont pas basés sur la convection d’air réchauffé mais sur l’utilisation d’une grande surface de chauffe rayonnante.

Le confort, s’approche de celui obtenu avec un chauffage central sans toutefois l’égaler (il dépend de la surface des éléments).

L’installation de ces appareils reste bon marché mais leur prix assez élevé (230 à 450 € par panneau) rend cette solution plus intéressante en rénovation qu’en construction neuve.

Le coût d’utilisation reste élevé mais le confort accru d’une part et la possibilité de régulation centralisée d’autre part permettent de réaliser facilement 10 à 15% d’économie par rapport aux convecteurs à thermostat mécanique.

Radiateurs rayonnants à inertie

Ces radiateurs sont des panneaux rayonnants munis de briques réfractaires permettant d’augmenter leur inertie thermique. On leur donne parfois l’appellation de chauffage central électrique . Beaucoup de publicités en vantent les mérites.

Attention

Le coût  d’un devis est élevé : à partir de 450 € (sans la pose) pour les grandes marques de chauffages électriques [Applimo, Noirot …] et jusqu’à 1 500 € pour d’autres marques.
Ces appareils présentaient un intérêt à l’époque où les panneaux rayonnants n’existaient pas et où les thermostats n’étaient pas électroniques.

A ce prix d’investissement et d’utilisation, un tel choix n’apparaît pas optimal, surtout dans le cas d’une construction neuve.

Radiateurs électriques à accumulation

Ces appareils (très à la mode dans les années 70) comportent une forte masse de brique réfractaire isolée de l’enveloppe par des plaques de laine de roche.
La nuit, aux heures où l’électricité est à tarif réduit, la brique réfractaire est chauffée à plusieurs centaines de degrés. Le jour, cette chaleur est diffusée dans la pièce par des micros ventilateurs faisant circuler l’air dans ces briques.

Une sonde extérieure permet de « prévoir », d’après la température extérieure, la quantité de chaleur à accumuler pendant la nuit pour subvenir aux besoins de la journée suivante. Si la consommation est plus importante que prévu, il faut mettre en marche une résistance additionnelle … qui fonctionnera à l’électricité à plein tarif.

En bref, ces appareils, combinent un coût d’installation élevé (750 à 1000 € fourniture + pose par appareil), un coût d’utilisation analogue à celui d’une pompe à chaleur peu performante, une esthétique mise à mal par des dimensions imposantes, un coût élevé d’abonnement EDF, le tout pour un chauffage peu écologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *